Offre d'emploi LA CHAMBRE RÉGIONALE DES COMPTES D’ILE DE FRANCE RECRUTE UN(E) VÉRIFICATEUR(TRICE)/SECTEUR HOSPITALIER -

Offre d'emploi

Offre d'emploi LA CHAMBRE RÉGIONALE DES COMPTES D’ILE DE FRANCE RECRUTE UN(E) VÉRIFICATEUR(TRICE)/SECTEUR HOSPITALIER -

Annonce déposée le vendredi 19 mai 2017 à 14h32

Détail de l'offre

Poste proposé
LA CHAMBRE RÉGIONALE DES COMPTES D’ILE DE FRANCE RECRUTE UN(E) VÉRIFICATEUR(TRICE)/SECTEUR HOSPITALIER
Contrat(s)
Détachement
Descriptif

Catégorie A – Poste vacant au 1er juillet 2017

ORGANISME

La Chambre régionale des comptes d’Ile-de-France a son siège 6, cours des Roches, à Noisiel (Seine-et-Marne).

Elle dispose d’un effectif théorique de 135 agents, dont 52 magistrats, 47 vérificateurs et 36 agents administratifs.


MISSIONS DES CHAMBRES RÉGIONALES DES COMPTES

Les chambres régionales des comptes appartiennent, avec la Cour des Comptes, à l’ordre des juridictions financières.

Elles exercent le contrôle financier des collectivités territoriales (régions, départements, communes), de leurs établissements publics, des établissements publics de coopération intercommunale (syndicats intercommunaux, communautés d’agglomération, de communes…), ainsi que des établissements publics locaux (lycées, collèges, offices publics d’HLM) et, par délégation de la Cour des comptes, de catégories d’établissements publics nationaux (établissements publics de santé, entre autres) relevant de leur ressort territorial.

Le champ de compétence de la Chambre régionale des comptes d’Ile-de-France s’étend sur plus de 2000 organismes soumis aux règles de la comptabilité publique.

Indépendantes des pouvoirs exécutif et législatif, composées de magistrats spécialisés, les chambres régionales des comptes exercent, dans le cadre de cette mission générale de contrôle des gestions publiques locales, quatre attributions essentielles :
• sur demande du représentant de l’Etat, le contrôle des actes budgétaires ;
• le jugement des comptes produits par les comptables des collectivités et établissements publics locaux ;
• l’examen de la gestion de ces organismes ;
• le contrôle d’organismes de droit privé dont les collectivités locales détiennent la majorité du capital (sociétés d’économie mixte) ou qui reçoivent d’elles un concours financier (associations, etc…).

Elles contribuent, par leurs observations et par leurs avis, communicables au public, au bon emploi des fonds publics et à l’équilibre des finances locales.
L’EMPLOI DE VÉRIFICATEUR

Le vérificateur participe aux vérifications et instructions sous la direction et la responsabilité des magistrats en charge des contrôles, mais est, en tant que personnel administratif, géré administrativement par le secrétaire général (carrière, congés…).

Le rôle d’un vérificateur est donc essentiel au bon fonctionnement de la juridiction. Il est le collaborateur direct du ou des magistrats auprès desquels il est affecté. Ensemble, ils constituent une équipe de contrôle au sein de laquelle, dans le cadre d’un programme annuel, sont déterminées les orientations et la nature des investigations qui seront menées ainsi que les mesures nécessaires à la conduite utile de l’instruction.

Le vérificateur doit faire face à des tâches souvent de longue haleine sans esprit de routine ni s’interdire de faire progresser les outils et méthodes de contrôle indispensables.

Etroitement associé aux vérifications, il doit observer la discrétion et est tenu au secret professionnel.

Le nouveau vérificateur s’appuie sur l’expérience acquise au sein de la Chambre par ses collègues (originaires de diverses administrations centrales et extérieures) et les magistrats, sur le centre de documentation, très complet, ainsi que sur les services du greffe et des archives.

DESCRIPTION DU POSTE

Le poste est à pourvoir au sein de la section chargée du contrôle des établissements publics de santé et des établissements publics médico-sociaux.

Le vérificateur procède à l’examen des pièces justificatives de dépenses et de recettes de l’organisme examiné. Sa participation est fonction de la nature des contrôles : instruction sur pièces de la conformité des comptes des organismes publics et de la situation des comptables, investigations sur pièces et sur place liées à l’examen de la gestion, dans des domaines tels que les marchés publics, la rémunération des personnels, le diagnostic financier, etc…

Le vérificateur contribue ainsi à l’analyse des opérations comptables et au relevé des irrégularités ou anomalies constatées dans les comptes et la gestion du comptable public et de l’ordonnateur : il propose alors au magistrat, sur le fondement des faits et du droit, les suites qui lui paraissent les plus appropriées.

Selon son profil, il peut se voir confier des missions touchant à la mise au point d’outils méthodologiques propres aux contrôles envisagés ou participer à des enquêtes de portée nationale conjointes avec la Cour des comptes et d’autres chambres régionales des comptes en vue d’insertions aux rapports publics de la Cour des comptes.

Il participe également à la rédaction des rapports d’instruction et de leurs suites administratives (rapports d’observations définitives) et juridictionnelles (jugements de débet ou ordonnances de décharge des comptables).

Le vérificateur est appelé à réaliser progressivement un investissement intellectuel approfondi pour mieux connaître les principales règles juridiques et de gestion applicables au secteur public local.

UNE ÉTAPE DE CARRIÈRE VALORISANTE

Les fonctions exercées par un vérificateur doivent être conçues comme une étape valorisante dans sa carrière, y compris dans le cas où elle ne se poursuivrait pas au sein d’une chambre régionale des comptes. En effet, le métier de vérificateur permet à la fois d’acquérir une réelle expertise dans les fonctions de contrôle et de parfaire sa connaissance des métiers et des acteurs sur le plan local.

Cet enrichissement de l’expérience professionnelle permet à l’agent de faire valoir les compétences nouvelles acquises lors d’une éventuelle réintégration dans son administration d’origine. Par ailleurs, de nouveaux débouchés peuvent également être offerts dans d’autres administrations de l’Etat ou dans les collectivités territoriales.


PROFIL DU CANDIDAT

Aptitudes et compétences recherchées :
• des connaissances confirmées du secteur hospitalier et des modes de fonctionnement administratif et financier des établissements publics sanitaires et sociaux sont attendues ;
• capacité d’analyse financière ;
• aptitude à l’analyse et esprit de synthèse ;
• bonnes qualités rédactionnelles ;
• une maîtrise des outils bureautiques (Word, Excel, Outlook) et des nouvelles technologies de l’information et de la communication (internet, intranet) est indispensable.


En fonction des besoins, des formations adaptées à l’emploi, le plus souvent à Paris, recouvrant tous les domaines du contrôle, pourront être proposées au fonctionnaire recruté pour lui permettre d’actualiser ou de compléter ses connaissances.

Qualités requises :
• goût du travail sur dossiers, de l’étude et de la recherche dans les domaines juridique, comptable, économique et financier ;
• sens du travail en équipe ;
• soucis de rigueur et de précision dans l’analyse et l’examen des faits et du droit, de méthode ;
• sens de l’initiative allié à une capacité à rendre compte régulièrement ;
• discrétion professionnelle exigée ;
• qualités relationnelles, notamment lors des contacts avec les services des ordonnateurs et des comptables publics ;
• capacité à respecter les délais ;
• capacité réelle d’organisation du travail et d’autonomie dans la mesure où les fonctions s’exercent en dehors de tout cadre hiérarchique préétabli ;
• une certaine clarté de raisonnement et de l’expression est indispensable ;
• sens de la responsabilité individuelle ;
• souci de l’imagination et du renouvellement dans la recherche ;
• sens de la sélectivité (s’attacher à l’essentiel au regard des enjeux de la gestion publique) ;
• grande curiosité intellectuelle.


POSITION ADMINISTRATIVE

Fonctionnaire titulaire de catégorie A exerçant à temps complet.

Par voie de recrutement (pour les agents ne relevant pas des juridictions financières) :

Le poste est ouvert aux fonctionnaires titulaires de catégorie A des fonctions publiques d’Etat, territoriale ou hospitalière, qui seront alors placés en position de détachement ou d’affectation.

La rémunération du fonctionnaire sera prise en charge par la Cour des comptes. Elle comprend le traitement indiciaire et les indemnités de toute nature correspondant à l’emploi de détachement ou d’affectation (qui se substituent au régime indemnitaire préexistant) ainsi qu’à la situation personnelle et familiale de l’intéressé.


Il appartient au candidat, après avoir pris tout renseignement utile sur le poste, de formuler une demande motivée, sous couvert de la voie hiérarchique.

Personne à contacter
CONSTITUTION DU DOSSIER DE CANDIDATURE

Le dossier devra comporter les pièces suivantes :
• une lettre manuscrite exposant la motivation de l’intéressé ;
• un curriculum vitae détaillé ;
• la fiche de candidature (pages 5 et 6) renseignée ;
• une photocopie des trois dernières fiches annuelles de notation ou d’évaluation ;
• une photocopie de l’arrêté ou de la décision de classement dans le grade et l’échelon actuels.

Les candidatures seront à adresser à :
Monsieur le Président de la Chambre régionale des comptes d’Ile-de-France
à l'attention de Mme Sylvie Durieu du Pradel, secrétaire générale
6, cours des Roches – Noisiel – BP 187
77315 MARNE-LA-VALLÉE CEDEX 2

En fonction de l’intérêt des candidatures reçues, les candidats sélectionnés sur dossier seront invités à se présenter à la Chambre en vue d’un entretien.



RENSEIGNEMENTS COMPLÉMENTAIRES

Toutes précisions complémentaires peuvent être obtenues auprès de :
• Sylvie Durieu du Pradel, Tél. : 01.64.80.87.07 (sdurieudupradel@idf.ccomptes.fr)
• ou Anne Ellie, Tél : 01.64.80.87.98 (aellie@idf.ccomptes.fr).

La durée hebdomadaire de travail est de 37 H 30 dans le cadre d’une organisation basée sur les horaires variables.

Le dispositif d’aménagement et de réduction du temps de travail s’applique aux personnels en activité à la Chambre.

Il est possible de prendre ses repas dans un restaurant administratif proche de la Chambre.

Les véhicules bénéficient d’un stationnement gratuit dans un parking situé au sous-sol du bâtiment.

Retour à la liste
  • Diminuer la taille du texte
  • Augmenter la taille du texte
  • Imprimer
  • Share
  • Rss